The Submissives – Wanna Be Your Thing

16,00 

Nouveau
The Submissives, le meilleur groupe de fille de Montreal, enfin en vinyl, vous feront pleurer d’*mour fou et sale.

MP3s inclus avec votre achat

En stock

UGS : br-d 40 Catégories : , Étiquettes : ,

Description

La Montréalaise Deb Edison est de retour une fois de plus sous le nom The Submissives avec cette formule délibérément inchangée depuis la sortie de sa cassette, Do You Really Love Me? (Fixture) en 2016. Ces six ans ont été marqués par les événements les plus tumultueux de l’histoire du monde depuis la deuxième guerre mondiale : une pandémie, l’entrée en force de l’extrême droite dans l’arène politique, des tentatives de coup d’état, une catastrophe climatique imminente, la perte quasi-totale de tout compas moral, le complotisme au mépris des faits, l’épuisement des ressources naturelles…et Deb, toujours là, fixant le trou qui se trouve dans le parquet/nos têtes. “Personne ne change jamais,” roucoule-t-elle sur “In a Pinch” (dans un pincement), et ces chansons sont l’exemple même de ce sentiment, de sa représentation artistique du désir psychosexuel, ce désir qui s’apprête à briser quelques êtres avant de prendre le large, à la recherche des suivants.

“J’attends ton signal/j’ai quelques années de plus,” ronronne-t-elle sur “Sick Kinda Love,” (Un amour un peu malade) renforçant encore plus sa position, prise il y a bien longtemps : l’obsession, l’internalisation des sentiments et les rapports de force sont une fois de plus à l’ordre du jour chez ces Submissives. Vous y trouverez ce que vous êtes venus chercher, suffit de s’y plonger. C’est d’ailleurs peut-être à ton sujet que Deb susurre ces mots, mais il s’agit sûrement de quelqu’un d’autres, et si vous n’êtes pas à la hauteur, attendez-vous à ce que, passive, elle mobilise tout son pouvoir afin de vous chasser de là. Comme si, en quelque sorte, “Chirp Like a Bird” (Gazouille comme un oiseau) dépeignait une Deb qui aurait touché le fond, et qui vise le ciel pour y offrir sa réponse au “Wriggle Like a Fucking Eel,” (Gigote comme une putain d’anguille) de Whitehouse : sa réponse sera d’autant plus cinglante qu’elle n’a pas besoin d’effets de larsen ou de hurlements pour nous terroriser.

Si vous recherchez les plaisirs fugaces, abreuvez-vous du rock titubant et Shaggs-esque avec son alto plongeant, ses battements qui trainent derrière chaque mesure, et qui forge ces onze titres. C’est comme ça; vous aurez ce que vous aurez, et vous en serez peut-être vexés, mais vous l’aurez cherché. Vous ne toucherez jamais l’abîme de ce simulacre.

Listen/Watch

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “The Submissives – Wanna Be Your Thing”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *