Junior Makhno – The theatre of the macabre EP

3,00 

Concept album précaire à l’ère tragique du travailler-plus. Ici, le tour de la question est réglé en six titres et moins de dix minutes, craquements d’os et cris de matraque. (…) Coups de boîte à rythme dans les guitares distordues, des coups de synthés criards dans les beats de plomb fondu. C’est la frange la plus gore du hip-hop underground à la Necro, Goretex et du Black Metal de Revenge et Xasthur qui se retrouvent ici. « Tout cela peut il remonter jusqu’à Metal Urbain ? j’aimerai bien voir la carte » (Byron Coley)

En stock

UGS : Br-d 1 Catégories : ,

Description

A precarious concept album for the tragic era of the working poor, Done and over with in 6 tracks under 10 minutes.For crying bones and bludgeoned hopes. Mastering at studio Sound-o-mat by Rob V. Plays at 33 rpm.

Byron Coley ~ the Wire :
Amazing horror-hop Metal hybrid. Have listened to this a few times and wish my son was around to help with my vocabulary. It comes off a little bit like a ghetto-recorded soundtrack to a movie starring Glenn Danzig as a vampiric country priest who rides a little donkey into the city to attack MF Doom. But that doesn’t really get at the root of it. Its essence is more damaged than that. Can this somehow all get traced back to Metal Urbain ? If so, I’d like to see the map.

Doug Mosurock ~ Dusted Magazine : Some of you have written in, asking what happened to the horror-core movement that hip hop was holding down back in the mid-‘90s. From the sounds on this EP, it went to France, where it moonlights as black metal. No foolin’ – this one is split right down the middle, one side all Baron Samedi in a ghetto gown, the other busy gluing carpentry spikes to a wristband, then the two sides meeting together at the end of the record for a Judgment Night of its own. Your skepticism is expected, but this thing actually delivers, at least on the grim side of the streets – I always felt that the first Gravediggaz album left some questions unanswered, and yeah I know there was a second, but I mean real questions. This begs to answer them in a very real and threatening manner.

Jay Hinman ~ Detailed Twang: Strange and pleasingly ill-fitting mash of distorted horror rap, electronic tweedling, screams, monster sounds, and manipulations of all sorts. Mostly instrumental, and heavy in every sense of the word. Kindred spirits of the aforementioned CHEVEU for sure.

Tom Lax ~ Siltbreeze:

Junior Makhno is some growlers from France
Grindcore has them caught in a trance
If you like broken bones
Harsh noise & metal moans
This might put a load in your pants

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Junior Makhno – The theatre of the macabre EP”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez peut-être aussi…

  • Mamitori Ulithi Empress Yonaguni San – 25/12/2013

    12,00 
    Mamitori sublime au final une twee pop malmenée à son insu par la no wave, et dont le moindre accord donne l’impression d'être joué à vide. On croirait entendre tour à tour My Bloody Valentine pilonné par les Shaggs, les Pastels malmenés par Mars ou Pere Ubu tirant dans les pattes des Swell Maps. Trente cinq ans après No New York, serait-il en train d'émerger un No Tokyo? Ce live inédit et au public fantomatique donne en tout cas un aperçu de l'étrangeté insondable de cet ensemble japonais. "Ces six morceaux parlent au mysticisme d'un autre ensemble Japonais dont la réputation est aussi grande que la production, Les Rallizes Denudes, mais là où ce groupe se construit sur de longs morceaux, Mamitori (abbreviation autorisée) se confinent surtout aux efforts de 4-5 minutes, établissant rapidement mélodie et rythme, ajoutant leurs couleurs débridées par dessus." (Still Single)Ajouter au panier
  • La Ligne Claire – Chéri

    10,00 
    Des jeunes dans le vent qui ont écouté du reggae pendant leur dépression nerveuse. Répétition, hypnotisme, mélancolie, déhanchements ; une batterie intempestive et des lignes de trucs qui font mouiller. La ligne claire était Charlene Darling, Ines Di Folco, Alexandre Kouklia et Fifi (11eme etage). "La Ligne Claire se pose en esprit libre, cultivant sans arrogance la marginalité supposée d’une approche amateur. En réalité bien sûr, dans la nôtre, dans la vôtre, la musique-activité est aussi cet énigmatique équilibre entre dissonance et harmonie tenus par ce qu’il faut de persévérance-démence" (Etrange Ressac)Ajouter au panier